DianeMadame Minnie, je voudrais d'abord vous remercier d'avoir consenti à cet entretien. C'est tout un honneur pour moi. Vous êtes une maîtresse tisserande de grande renommée. J'en suis réellement honorée, et je vous remercie. Pourriez-vous me dire comment vous avez commencé à tisser?

MinnieOh, mes premiers essais en tissage datent de 1975, quand les tisserands Salish ont commencé à travailler à Coqualeetza. Ils avaient besoin de quelqu'un pour filer leur laine, pour qu'ils puissent ensuite la teindre et tisser. Il y avait plusieurs anciens qui le faisaient, et j'ai commencé à apprendre quand je me suis mise à aller à cet endroit et à prendre des leçons. Je ne me souviens plus qui était le professeur qui nous enseignait à tisser. Oui, c'est là que j'ai appris.

DianeEst-ce que cet apprentissage du tissage vous a enrichie culturellement?

MinnieOui. Nous faisons beaucoup de couvertures, nous les tissons, et les chefs les portent dans des occasions spéciales, comme ils le faisaient dans l'ancien temps. A ce moment-là, elles étaient faites de laine de chèvre, qui faisait l'objet d'un commerce important.

DianeEst-ce qu'ils capturaient les chèvres, pour ensuite les tondre?

MinnieNon, pas réellement. En autant que je me souvienne, les guerriers qui se rendaient dans la montagne pour chasser ont trouvé des fibres blanches déposées sur les buissons, qu'ils ont ramassées et rapportées à leurs femmes. Elles ont essayé de les laver et de les filer, mais ce n'était pas facile. Alors, elles les ont mélangées à du poil de chien, et s'en sont servies pour tisser des couvertures. Il y a très longtemps, ils ont commencé à tuer les animaux pour leur propre usage, et à se servir de la laine des chèvres pour fabriquer des couvertures.

DianeEst-ce que les motifs que vous employez sont traditionnels?

MinnieOui, chacun a son propre motif. Si vous êtes d'un autre endroit, vous n'avez qu'à voir un motif et vous savez d'où il provient. Tous les gens ont leurs propres motifs.

DianeEst-ce que chaque couverture raconte une histoire?

MinnieOui, oui.

DianeEst-ce que ces histoires sont importantes, ou bien sont-elles simplement-

Minnie-elles racontent l'histoire d'une famille, ce qui reste à l'intérieur d'une famille. Quelle que soit la personne qui tisse la couverture, on y retrouve l'histoire d'une famille.

DianeEst-ce que d'autres membres de votre famille tissent aussi?

MinnieOui, ma …, Betty a appris à tisser, vu qu'elle travaillait ici auparavant. Samantha m'a aussi demandé de l'aider à monter un métier, et ensuite les enfants ont commencé à tisser sur le métier quand je vais chez-eux les visiter.

DianePensez-vous que plus de jeunes vont apprendre à tisser?

MinnieJe pense bien que oui. En fait, je pense que la plupart vont apprendre, vu que beaucoup d'étudiants viennent ici pour cette raison. Ils aiment bien s'essayer à tisser, pour voir comment cela se fait.

DianeCela est réellement excitant!

MinnieOui.

DianeQu'est-ce que le tissage vous a apporté, à vous personnellement?

MinnieBien, je crois qu'il a aidé mes enfants à apprendre les méthodes traditionnelles.

DianeEst-ce que vous vous êtes déjà servie vous-même d'une de vos couvertures?

MinnieJe n'ai pas encore eu le temps d'en faire une pour moi-même. J'en ai fait environ 20 ou 30 <rires>] pour d'autres gens. Je suis en train d'en faire une pour la bande Cheam, avec un motif de chèvre.

English | Français
© SFU MUSÉE D'ARCHÉOLOGIE ET D'ETHNOLOGIE DE L'UNIVERSITÉ SIMON FRASER, 2008/2009. TOUS DROITS RÉSERVÉS. | Générique du site | Commentaires | Téléchargement | Carte du site