Maison semi-souterraine

Écorçage

En plus d'être une activité fonctionnelle, la collecte d'écorce de cèdre revêtait un caractère spirituel pour les Stó:lō. L'importance de la prière avant l'enlèvement de toute partie de l'arbre reflétait l'importance du cèdre, perçu comme un présent par le peuple qui en bénéficiait. Quelle que soit l'activité à laquelle l'écorce était dédiée, les arbres sélectionnés partageaient généralement les mêmes propriétés, afin de produire des morceaux d'écorce de longueurs et largeurs adéquates; de façon générale, un arbre sélectionné pour l'écorçage devait avoir un diamètre d'environ 40 centimètres.

Les autres attributs recherchés par les Stó:lō lors de cette sélection comprenaient un minimum de torsion de l'écorce, un nombre limité de branches et parfois, la proximité d'une pente de colline qui faciliterait l'écorçage. Le moment de l'année privilégié pour l'écorçage variait sur la côte nord-ouest, mais les Stó:lō collectaient généralement l'écorce à la fin du printemps car la circulation de la sève, qui augmente avec la température, facilite l'écorçage.

Images

(282.3 KB)Écorçage d'un cèdre.
English | Français
© SFU MUSÉE D'ARCHÉOLOGIE ET D'ETHNOLOGIE DE L'UNIVERSITÉ SIMON FRASER, 2008/2009. TOUS DROITS RÉSERVÉS. | Générique du site | Commentaires | Téléchargement | Carte du site