Longue maison - espace de travail

Relations commerciales

L'échange de biens, ou le commerce, entre les peuples Stó:lō s'exerçait à plusieurs niveaux. Les membres de la communauté et de la famille échangeaient des biens entre eux; des étrangers venaient échanger des biens dans le but d'en tirer un profit, alors que des ennemis s'attaquaient et se volaient mutuellement. Parmi les biens qui avaient le plus de valeur pour le commerce et l'échange, on retrouve l'obsidienne, les paniers, le saumon, les coquillages, le cuivre naturel et les plantes.

Les mariages entre personnes de villages différents aidaient à promouvoir les opportunités de commerce entre les Stó:lō. Le gouvernement provincial a décrété, dans la cause R. c. Van der Peet 1996, que les Stó:lō avaient appris à faire du commerce des Européens. Des preuves linguistiques, sous la forme de mots Halq'emeylem pour le troc, le commerce et les ventes, démontrent cependant qu'avant tout contact avec les Européens, les peuples Stó:lō étaient déjà engagés dans des activités de commerce avec d'autres peuples autochtones dans le but d'en tirer un profit, et qu'ils comprenaient le concept de valeur de marché bien avant l'arrivée des Européens.

English | Français
© SFU MUSÉE D'ARCHÉOLOGIE ET D'ETHNOLOGIE DE L'UNIVERSITÉ SIMON FRASER, 2008/2009. TOUS DROITS RÉSERVÉS. | Générique du site | Commentaires | Téléchargement | Carte du site