Longue maison - espace de travail

Le but des potlatch

Il y avait différentes sortes de rassemblements ou de célébrations auxquels on donnait le nom de « potlatch ». La principale raison pour laquelle on avait des potlatch où on donnait des cadeaux était que c'était comme mettre de l'argent en banque. Ce que vous donniez au potlatch vous était normalement retourné avec intérêts. Par exemple, si vous étiez un invité à un potlatch et qu'on vous donnait cinq couvertures et un canot, les témoins en prenaient mentalement note. Lorsque venait votre tour d'organiser un potlatch, il vous fallait retourner ces cadeaux avec intérêts. Peut-être que vous donneriez dix couvertures et deux canots à la personne qui vous avait honoré lors de son potlatch.

Les premiers missionnaires et les agents des Indiens ne comprenaient pas le potlatch et ne voyaient pas le retour sur investissement qui était réalisé. Ils décrivaient souvent le potlatch comme une fête durant laquelle l'hôte donnait tout ce qu'il possédait. Ils ont fait des pressions sur le gouvernement fédéral pour qu'il bannisse les potlatch.

Chez les Stó:lō, les funérailles n'étaient pas considérées comme des potlatch. En fait, c'était exactement le contraire : au lieu de donner, la famille recevait. Lorsqu'une famille doit enterrer un être cher, d'autres familles viennent et offrent une assistance financière. Elles donnent de l'argent pour aider à payer les dépenses funéraires et pour acheter la pierre tombale.

Tel que décrit par le grand chef Richard Malloway (Yakweakwoose) à son fils le chef Frank Malloway.

English | Français
© SFU MUSÉE D'ARCHÉOLOGIE ET D'ETHNOLOGIE DE L'UNIVERSITÉ SIMON FRASER, 2008/2009. TOUS DROITS RÉSERVÉS. | Générique du site | Commentaires | Téléchargement | Carte du site