Longue maison - espace de travail

Ébauche de la coque

Une fois l'arbre tombé, le sculpteur ébauchait sur place la forme finale désirée pour le ou les canots. Si la base de l'arbre avait été entièrement abattue, il arrivait souvent que le sculpteur fende cette base dans le sens du grain, retourne les deux moitiés avec leurs côtés arrondis vers le haut et ébauche la forme de deux coques. Si l'arbre était suffisamment grand, un deuxième ou un troisième canot pouvaient être construits à partir de la partie plus étroite du tronc. Généralement, le sculpteur se servait de la base du tronc pour former la proue de chacun des deux canots produits à partir du tronc fendu, et la conception des autres canots dépendait de la forme de l'arbre. La forme finale des canots était ensuite ébauchée sur le côté externe de l'arbre abattu, avec comme résultat un produit un peu plus grossier que le produit fini. On laissait ensuite l'arbre abattu vieillir dans la forêt pendant tout l'hiver.

Le printemps suivant, le sculpteur commençait à creuser le canot dans l'arbre abattu. Cette tâche pouvait être accomplie à l'aide de deux différentes méthodes. La première méthode consistait à enlever le bois de l'intérieur du canot en le fendant en petits morceaux ou en prélevant de grandes planches qui pouvaient être utilisées à d'autres fins; cette méthode était très semblable à celle utilisée pour fabriquer des planches à partir d'un arbre encore debout, c'est-à-dire en coupant et fendant une planche dans un tronc pour l'en séparer. La seconde méthode, une méthode contrôlée qui utilisait des pierres chauffées, consistait à brûler l'excès de bois dans l'arbre abattu. Pour cette méthode, on ramassait des pierres en des endroits bien précis, car ces pierres avaient un haut taux d'humidité qui faisait qu'elles se fracturaient lorsque chauffées, parce que l'humidité qu'elles contenaient se transformait alors en vapeur. Ces pierres, une fois chauffées, asséchaient et brûlaient le bois, rendant le produit fini durci et étanche.

English | Français
© SFU MUSÉE D'ARCHÉOLOGIE ET D'ETHNOLOGIE DE L'UNIVERSITÉ SIMON FRASER, 2008/2009. TOUS DROITS RÉSERVÉS. | Générique du site | Commentaires | Téléchargement | Carte du site