Plage

Utilisation des planches de cèdre

Les planches de cèdre étaient un des principaux matériaux de construction utilisés dans la vallée du fleuve Fraser, et sur la côte nord-ouest en général. Les maisons à toiture à une seule pente (en forme de toit de hangar) des groupes Salish de la côte dépendaient fortement de la production et de l'entretien des planches de cèdres. Des planches étaient fabriquées, et souvent stockées, pour agrandir les maisons longues en prévision de l'arrivée de membres des familles élargies.

Les planches étaient fabriquées à l'aide de coins et d'un marteau, qui servaient à séparer, dans le sens du grain, les planches de bois du tronc de l'arbre. La version de cette méthode qui permettait le meilleur contrôle impliquait la taille de rainures des deux côtés de la future planche, dans lesquelles on enfonçait des coins afin de dégager la planche du rondin ou de l'arbre. Lorsque la planche commençait à se séparer du rondin, une perche était insérée horizontalement entre la planche et le rondin. Au fur et à mesure que s'effectuaient l'insertion des coins et le martelage, et que progressait la séparation entre la planche et le rondin, la perche était déplacée afin de maintenir la planche sous tension. La perche pouvait également être employée comme levier pour finir de dégager la planche du rondin. Cette technique pouvait être répétée pour fabriquer plusieurs planches à partir du même rondin.

Un grand nombre de planches exigeaient peu de transformation subséquente, si ce n'est une finition mineure de leur surface. Certaines planches, toutefois, présentaient des nœuds ou un grain non rectiligne. Plusieurs méthodes pouvaient être employées pour réduire ou éliminer ces problèmes. La méthode la plus simple était de mettre la planche gauchie sur une planche droite, puis de déposer des roches très lourdes sur les sections qu'on voulait redresser. Une autre méthode consistait à insérer les planches gauchies entre des planches droites, puis de les attacher solidement ensemble afin d'éliminer toute déformation dans le bois.

La réalisation de gravures ou de peintures sur planches de bois exige que leurs surfaces soient lisses. Typiquement, on préparait les planches en polissant leur surface avec une pierre plate en grès, à laquelle on ajoutait du sable (élément abrasif supplémentaire). Le fini pouvait être raffiné davantage en frottant la surface du bois avec de la peau d'aiguillat.

La durabilité et la versatilité du cèdre en ont fait une ressource de première importance pour les Stó:lō, qui lui ont trouvé de multiples usages au-delà de la fabrication de planches et de gravures. La facilité avec laquelle on peut plier le cèdre qui a été soumis à la vapeur en a fait une matière première de choix pour la fabrication de boîtes de cèdre, de berceaux et de tambours.

English | Français
© SFU MUSÉE D'ARCHÉOLOGIE ET D'ETHNOLOGIE DE L'UNIVERSITÉ SIMON FRASER, 2008/2009. TOUS DROITS RÉSERVÉS. | Générique du site | Commentaires | Téléchargement | Carte du site