Plage

Fumage

Les Premières nations sont reconnues pour leur délicieux saumon fumé et les produits savoureux associés à cette tradition sont exportés à travers le monde. Les Stó:lō illustrent bien cette tradition de fumer le saumon, particulièrement dans les régions moins favorables au séchage. Le poisson est fumé dans un fumoir-une structure fermée de tous les côtés avec de petites ouvertures sur le toit pour permettre à la fumée de s'échapper lentement.

Avant d'être entreposé, le poisson à fumer sera généralement légèrement salé et passera une longue période de temps dans le fumoir. Le saumon est d'abord coupé dorsalement (le long du dos), à environ un centimètre de chaque côté de la colonne vertébrale. Après avoir enlevé la colonne et la queue, on retire également les entrailles. La prochaine étape consiste à bien laver le poisson et à le laisser égoutter. Le saumon est ensuite salé et empilé, puis on le laisse reposer entre cinq heures et une nuit complète, en fonction de la salaison désirée. Après le salage, chaque poisson est embroché horizontalement et suspendu aux perches du fumoir. L'usage qu'on entend faire du poisson dictera la durée du fumage auquel il sera exposé. Par le passé, on laissait les saumons à fumer au-dessus du feu pendant plus d'une semaine, ce qui permettait de les entreposer sans risque de détérioration. Aujourd'hui, les Stó:lō vont souvent fumer le saumon durant seulement 24 heures, pour ensuite le congeler.

Préparation du saumon avant le fumage.

Images

(64.0 KB)Préparation du saumon avant le fumage.
English | Français
© SFU MUSÉE D'ARCHÉOLOGIE ET D'ETHNOLOGIE DE L'UNIVERSITÉ SIMON FRASER, 2008/2009. TOUS DROITS RÉSERVÉS. | Générique du site | Commentaires | Téléchargement | Carte du site