Plage

Modèles d'établissement

L'accès aux ressources, les sites de transformation (sites sacrés) traditionnels et d'autres considérations étaient des facteurs auxquels les Stó:lō donnaient une grande importance lorsqu'ils choisissaient les endroits où établir leurs villages. Des facteurs sociaux, politiques et défensifs étaient également considérés au moment de faire ce choix. Les centres plus grands et bien établis, qui seraient équivalents en grandeur à nos villes contemporaines, se trouvaient souvent aux intersections des principales voies navigables. On trouvait sur les tributaires de ces voies navigables l'équivalent de nos villages contemporains.

Ces petits villages, loin des voies navigables principales, n'étaient peut-être habités que partie de l'année, vu leur proximité des ressources saisonnières. Les voies navigables constituaient les corridors de transport principaux et contribuaient au succès de l'économie commerciale.

Comme beaucoup des peuples Stó:lō ont vécu traditionnellement le long du fleuve Fraser dans les régions centrales de la vallée du Fraser, ils ont dû entretenir des rapports avec leurs terres ancestrales et avec les communautés dans d'autres régions. Les Stó:lō ont toujours utilisé les régions rocheuses du canyon pour le séchage au vent du saumon, ce qui a résulté en relations avec les gens qui vivent dans la région du canyon du Fraser. De plus, les Stó:lō se sont toujours déplacés dans la vallée du Fraser selon les saisons (été ou hiver) et la localisation des ressources (marais et prairies).

Images

(65.1 KB)Le petit village de Hatzic sur la rive nord du fleuve Fraser, 1911.
English | Français
© SFU MUSÉE D'ARCHÉOLOGIE ET D'ETHNOLOGIE DE L'UNIVERSITÉ SIMON FRASER, 2008/2009. TOUS DROITS RÉSERVÉS. | Générique du site | Commentaires | Téléchargement | Carte du site