Plage

Couleurs

Les couleurs les plus utilisées par les Stó:lō sont le noir, le brun, le jaune et le rouge. Traditionnellement, ces couleurs étaient obtenues de la façon suivante :

  • Fibres noires : en faisant bouillir de l'écorce de pruche ou de bouleau dans de l'eau dans un contenant de fer.

  • Fibres brunes : en faisant bouillir des écales de noisettes dans de l'eau.

  • Fibres jaunes : en faisant bouillir du lichen jaune dans de l'eau.

  • Fibres rouges : en faisant bouillir de l'écorce et des brindilles d'aulne dans de l'eau.

Dans tous les cas, les fibres étaient ajoutées au mélange bouillant et retirées lorsque la couleur désirée était obtenue. Dans tous les cas également, à l'exception de la teinture jaune, de l'urine était ajoutée aux fibres avant le point d'ébullition pour agir comme mordant (pour fixer le colorant).

Récemment, les tisserands et tisserandes Stó:lō qui teignent leurs fibres ont combiné teintures modernes et sources de teinture naturelles afin de créer une palette de couleurs plus variée que la palette traditionnelle. De plus, l'introduction de nouveaux mordants, plus accessibles et stables que l'urine, a contribué à l'exploration des plantes connues dans la vallée du Fraser dans le but de générer de nouvelles couleurs. L'introduction de matériaux botaniques exogènes a permis l'inclusion de nouvelles couleurs, utilisées traditionnellement par d'autres groupes indigènes, telles que le pourpre et le bleu en provenance d'Amérique latine et les jaunes dorés du sud-ouest des États-Unis.

English | Français
© SFU MUSÉE D'ARCHÉOLOGIE ET D'ETHNOLOGIE DE L'UNIVERSITÉ SIMON FRASER, 2008/2009. TOUS DROITS RÉSERVÉS. | Générique du site | Commentaires | Téléchargement | Carte du site