Passer au contenu de la page

En Route vers un Nouveau Territoire

Chêvre de montagne
Menu de ressources

La grotte de Port Eliza

La grotte de Port Eliza est une grotte marine émergée située sur la côte ouest de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique. Les restes végétaux et animaux conservés dans la grotte ont permis aux scientifiques de brosser un tableau unique du climat et de l’environnement de cette région côtière il y a 16,000 à 18,000 ans.

La grotte s’est formée à une période où, les niveaux marins relatifs étant plus élevés qu’aujourd’hui, l’action des vagues a érodé la paroi de la falaise, entraînant la création d’une grotte. Lorsque les niveaux marins ont baissé, la grotte est devenue un endroit sec sur la terre ferme pouvant abriter les animaux de la région. Il y a un peu moins de 16,000 ans, la glace a recouvert l’embouchure de cet abri, et l’eau de fonte a causé la déposition de fins sédiments glaciaires dans la grotte. Ces sédiments ont enseveli et protégé les restes végétaux et animaux qui se trouvaient sur le plancher de la grotte.

Les restes d’animaux trouvés dans la grotte incluent des chèvres de montagne, des marmottes et des campagnols. Les ossements de plusieurs espèces d’oiseaux et de poissons étaient également présents. En se basant sur ce qui est connu des habitats de ces animaux, ainsi que sur les restes végétaux retrouvés dans la grotte, les scientifiques ont pu reconstruire l’environnement de la côte ouest de l’île de Vancouver il y a 16,000 à 18,000 ans. Ils ont découvert que, bien que le climat était un peu plus frais que maintenant, la région n’était pas une toundra froide et aride comme on aurait pu l’imaginer d’un environnement périglaciaire. Il s’agissait plutôt d’un environnement de taïga composé d’un mélange de forêts et d’aires ouvertes et abritant une grande variété d’animaux, d’oiseaux et de poissons.

Quoique la grotte de Port Eliza ne soit pas un site archéologique (aucun vestige culturel n’y a été retrouvé), elle revêt une grande importance parce qu’elle prouve que cette région côtière était habitable et capable de supporter une population humaine au moins jusqu’il y a 16 000 ans.

Pour en savoir plus:

Ward, B. C., M. Wilson, D. W. Nagorson, D. E. Nelson, J. C. Driver and R. J. Wigen
2003 Port Eliza Cave: North American West Coast interstadial environment and implications for human migrations. Quaternary Science Reviews 22:1383 - 1388.

Port Eliza Cave