Passer au contenu de la page

En Route vers un Nouveau Territoire

Pêche
Menu de ressources

Une adaptation maritime

Les populations de la dernière glaciation en Amérique du Nord sont souvent dépeintes comme des chasseurs de gros gibier, vivant à l’intérieur du continent et dépendant des gros mammifères terrestres pour se nourrir et se loger. Les archéologues appellent cela une adaptation terrestre. Les partisans de l’hypothèse d’une route côtière soutiennent que les premiers arrivants en Amérique avaient une adaptation maritime. En d’autres mots, ils vivaient sur le bord de la mer, étaient capables de construire et utiliser des bateaux, et la majeure partie de leur nourriture était constituée de poissons, mollusques et autres ressources marines.

On n’a encore retrouvé aucun témoignage archéologique direct démontrant de façon irréfutable l’utilisation de moyens de navigation par les premières populations de la côte nord-ouest du Pacifique, mais il existe des preuves que des bateaux étaient utilisés dans d’autres régions du monde bien avant cette époque. Les premiers habitants d’Australie y sont parvenus il y a 40,000 à 50,000 ans, et une migration dans ces terres n’aurait pu être possible sans moyen de navigation. Il n’est donc pas irraisonnable de suggérer que les humains qui ont quitté la Sibérie pour se rendre en Amérique à une époque beaucoup plus récente étaient capables de fabriquer et d’utiliser des bateaux.

La preuve d’une adaptation maritime a pu être trouvée il y a 20,000 ans du côté ouest de l'Océan Pacifique. La preuve que les bateaux de haute mer venaient du Japon a été découverte dans les étendues nordiques de l'archipel. Les sites de la péninsule coréenne montrent aussi la preuve d’une adaptation maritime. La collection de saumons sauvages dans la Côte Pacifique de la Sibérie a été datée au dernier pléistocène, démontrant qu'il y avait des gens du côté Ouest de Béringie qui étaient familiers avec la collection de ressources océaniques pendant le Dernier Maximum Glaciaire. Bien que l'évidence ne soit pas substantielle, le dévoilement de la preuve pour la première adaptation maritime se présente comme une région d’excitantes recherches pour ceux intéressés à découvrir où les premiers peuples ont atteint les Amériques d’origine.

Le site de Kilgii Gwaay et Le site de l'île de Richardson à Haida Gwaii fournissent également des témoignages indirects d’une adaptation maritime. Ces sites étant situés dans un archipel à une bonne distance de la terre ferme de la Colombie-Britannique, il est presque sûr que lorsqu’ils étaient occupés vers au moins 9,300 ans A.A., certains moyens de navigation étaient utilisés le long de la côte. De plus, les restes de poissons et de mammifères marins retrouvés en abondance à Kilgii Gwaay indiquent que les occupants du site possédaient les outils et les compétences nécessaires pour exploiter et utiliser les ressources marines.

Il se peut qu’il soit difficile de retrouver des témoignages solides prouvant que des bateaux ont été utilisés par les premiers américains. Ces moyens de navigation auraient été fabriqués à partir de matériaux comme du bois, des os et des peaux d’animaux, et il est peu probable que de tels matériaux organiques soient conservés dans les assemblages archéologiques.

Les anciens littoraux
Les refuges côtiers
L’archéologie de la côte nord-ouest du Pacifique
Une adaptation maritime

100%

Vidéos QuickTime:

Dr. Richard Shutler

Dr. Richard Shutler
Département d'archéologie
Université de Simon Fraser

Dr. Barbara Winter

Dr. Barbara Winter
Musée d'archéologie et d'ethnologie de l'Université de Simon Fraser

Liens