Passer au contenu de la page

En Route vers un Nouveau Territoire

Chameau d'autrefois
Collection Multimédia

Dr. Barbara Winter

Musée d'archéologie et d'ethnologie de l’Université Simon Fraser

La conservation

Les traces que les gens laissent derrière eux procurent des indices sur leurs activités et leur mode de vie. Pourtant, ces traces archéologiques sont très fragiles. Certains témoignages sont conservés durant des millénaires; cette conservation se fait cependant de façon sélective. Seulement certaines structures, certains objets anciens peuvent être retrouvés aujourd’hui.

Les vêtements, outils et structures fabriqués par les premiers peuples étaient faits de matières organiques et inorganiques. Les matières organiques proviennent de plantes et d’animaux, et se décomposent très rapidement. Après quelques années, on n’en trouve que peu de traces. Les matières inorganiques, d’un autre côté, sont celles qui sont faites de pierre ou de métaux; celles-ci durent beaucoup plus longtemps dans la majorité des environnements. Elles sont de nature beaucoup plus durables. Elles ne se décomposent pas aussi rapidement.

Au point de vue archéologique, les annales sont donc incomplètes. Elles ne nous permettent que d’entrevoir le passé. Les preuves archéologiques peuvent être cachées dans des endroits maintenant inaccessibles. Des sites archéologiques ont pu être emportés par les inondations glaciaires. Ils ont peut-être été enterrés sous des tonnes de débris glaciaires. De pauvres conditions de conservation ont pu causer la destruction des matières organiques et même d’une partie des matières inorganiques.

Sur la côte du nord-ouest, il y a quelques rares sites qui contiennent des matières organiques. Ces matières ont été conservées dans des conditions d’inondation qui ont fait que de l’argile s’est déposée par-dessus elles et les a conservées. Ceci se produit parce que l’argile exclut l’oxygène : elle l’empêche de pénétrer à l’intérieur de la matière et ainsi empêche la matière organique de se décomposer. Ceci fait que nous pouvons trouver aujourd’hui des paniers, vêtements, et chapeaux d’origine organique qui datent d’il y a des milliers d’années. Ils sont recouverts d’une mince couche d’argile bleue et se trouvent dans des sites en plusieurs endroits le long de la côte.

Si le site est inondé, s’il est sous l’océan, s’il s’agit d’un site intertidal, s’il est près d’une rivière, l’eau exclut l’oxygène et produit un environnement anaérobie. Sans oxygène, les microorganismes qui causent la décomposition sont exclus, ce qui favorise la conservation de l’objet.

Les archéologues peuvent donc trouver de très anciennes matières organiques sur la côte, pouvant dater d’il y a plusieurs milliers d’années. Nous n’avons cependant pas trouvé de matières organiques reliées aux plus anciennes occupations humaines. De telles matières nous donneraient une idée plus claire et complète des modes de vie des premiers peuples.

100%