Passer au contenu de la page

En Route vers un Nouveau Territoire

Bison des Steppes
Collection Multimédia

Dr. Rolf E. Mathewes

Département des sciences biologiques, SFU

Paléoenvironnement de Haida Gwaii

À un endroit nommé Cape Ball du côté est de l’Île de Graham (qui est la plus grande des Îles de la Reine Charlotte) nous avons trouvé un site sur falaise de mer qui a exposé un ancien lit de lac qui contenait beaucoup de matériaux de plantes et de pollen. Quand nous avons creusé jusqu’au fin fond de cette exposition et obtenu quelques matériaux de plantes pour la datation radiocarbone, nous avons obtenu l’âge radiocarbone incroyable d’il y a environ 15, 000 ans. Et c’était très contraire à ce que tout le monde savait jusqu’à ce moment-là à propos de la côte entre ici et l’Alaska. Tous le monde croyait que l’Âge Glaciaire avait fini autour d’il y a 12, 000 années radiocarbones. Cette découverte, cette date d’il y a 15, 000 ans, a fait reculer les Îles de la Reine Charlotte en âge de 3000 ans (peut-être plus) en terme d’avoir été déglacées après l’Âge Glaciaire, ou du moins de certaines d’entre elles, comparé à n’importe qu’elle autre endroit sur la côte de la Colombie-Britannique. Alors nous avons eu le premier soupçon que ça pourrait faire partie de l’explication de la présence de plantes et d’animaux inhabituels là-bas. Ils ont eu au moins 3000 ans de plus pour évoluer.

Mais ça nous a également ouvert une première fenêtre sur ce à quoi ces paysages quasi glaciaires pouvaient ressembler. Il n’y a aucune indication de la présence d’arbres à cette époque. C’était beaucoup plus comme une toundra. Nous avons découvert des restes de plantes qui sont actuellement absentes des Îles de la Reine Charlotte ou extrêmement rares, comme quelques saules nains, et quelques échelles de Jacob, qui est une plante à floraison magnifique qui n’était connue que dans une location sur l’Île Limestone dans les Reine Charlotte. Et ces choses apparaissaient pratiquement partout dans tout ces vieux sédiments à Cape Ball.

Alors nous avions un soupçon que les choses avaient changé dramatiquement depuis les premiers jours où essentiellement nous avions ce qui semblait être un environnement sans arbre et ouvert comme une toundra sur les Îles de la Reine Charlotte, comme on peut s’y attendre pour la fin de l’Âge Glaciaire. Puis nous avons actuellement noté la transition jusqu’à l’arrivée des premiers arbres, qui étaient des pins vrillés, suivi des épicéa environ 1000 ans plus tard et puis, encore plus tard, de la ciguë. Et cette transformation s’avère être un aspect très important pour les théories sur les migrations côtières des gens, parce que la meilleure date que nous avons pour la première apparition des arbres sur l’île est d’il y a 12, 500 ans, quand nous trouvons des aiguilles, du pollen et du bois des pins vrillés suivi de nombreux autres arbres. Avant cette période, nous avons un paysage très ouvert qui ressemble beaucoup plus aux Îles Aléoutiennes sans arbres de maintenant au large de la côte de l’Alaska et à d’autres toundras côtières beaucoup plus au nord. Donc nous pouvons faire une analogie pour cette période de ce que devait être ce premier environnement des Îles de la Reine Charlotte jusqu’en Alaska et peut-être même jusqu’au Détroit de Béring où des environnements similaires sont toujours présents.

100%