Passer au contenu de la page

En Route vers un Nouveau Territoire

Aigle
Collection Multimédia

Peter Locher

Département d’archéologie, Université Simon Fraser

Preuves d’une route côtière

Je suis presque sûr que des gens ont utilisé une route de migration côtière lors de leur première arrivée en Amérique. Je dis cela parce que originalement on croyait que la côte était complètement couverte par un immense glacier et que la glace atteignait et même pénétrait l’océan Pacifique. Les recherches effectuées au cours des quelques vingt dernières années ont démontré cependant qu’il n’en était pas ainsi. Nous avons trouvé qu’il y a plusieurs régions le long de la côte qui ont été libres de glace durant toute la glaciation. Ces secteurs, que nous appelons des refuges, pouvaient permettre à des plantes et animaux de survivre. Elles auraient donc pu être utilisées par des humains pour la chasse ou pour assurer leur subsistance.

Certains de ces refuges étaient situés dans Haida Gwaii (les îles de la Reine-Charlotte, comme on les appelle également) et dans les îles au large de la côte du sud de l’Alaska. Des recherches effectuées dans ces sites démontrent que des animaux tels que des phoques y ont vécu durant toute la glaciation. Il semble aussi que des ours y ont été présents durant toute la glaciation. Certains chercheurs, comme Timothy Heaton aux États- Unis, ont effectué des recherches génétiques sur les os d’ours qui ont été trouvés dans ces refuges. Ces recherches ont démontré que ces ours avaient le même bagage génétique que les ours qui habitent maintenant dans ces îles. Par contre, leur bagage génétique est complètement différent de celui des ours qui vivent sur le continent.

Ceci démontre que les ours des îles ont survécu à la glaciation et descendent d’une population d’ours qui vivaient dans cette région avant la glaciation. Par contre, les ours qui vivaient sur le continent ont été remplacés durant la glaciation et ont dû retourner dans la région à partir du nord ou du sud après la fin de la glaciation. Nous y trouvons donc aujourd’hui deux populations génétiques distinctes d’ours – ceci est un début de preuve. Nous savons aussi que les régions côtières ont été libérées de leur glace beaucoup plus tôt qu’on ne le pensait originalement, en fait certains secteurs étaient libres de glace il y a 13,000 à 14,000 ans.

Il faut aussi noter que les niveaux marins du temps étaient beaucoup moins élevés sur la côte extérieure, ce qui fait que le paysage que des gens y auraient trouvé était très différent. La plate-forme côtière, par exemple, y était exposée en plusieurs endroits; il y avait donc de grandes régions côtières plates, maintenant submergées, qui étaient alors exposées et couvertes d’herbes, de buissons et de végétation. Ces régions auraient pu accommoder des ruminants tels que des bisons, des mammouths laineux et des boeufs musqués. Il y a 13,000 ans, ce genre d’animal aurait trouvé un très bon habitat dans ces régions le long de la côte. En fait, nous avons trouvé des os de bison sur l’île de Vancouver et dans les îles du Golfe, et des os de mammouths sur l’île de Vancouver. Des restes de mastodontes ont été trouvés dans la Péninsule Olympique, juste au sud de l’île de Vancouver. Nous savons donc que ces animaux étaient dans la région et auraient été une source de nourriture pour les premiers peuples qui se déplaçaient le long de la côte.

100%