Passer au contenu de la page

En Route vers un Nouveau Territoire

Caribou
Collection Multimédia

Peter Locher

Département d’archéologie, Université Simon Fraser

Processus géologiques lors d’une récession glaciaire

Il y a eu un une quantité de changements du niveau marin qui se sont produits au cours du dernier maximum glaciaire et à la fin de l’âge glaciaire. Dans certaines régions, sur la côte ouest de l’île de Vancouver par exemple, ou à Haida Gwaii (l’archipel de la Reine Charlotte), les niveaux marins étaient en fait beaucoup plus bas qu’ils ne le sont aujourd’hui. Dans d’autres régions, comme le Lower Mainland, les niveaux marins étaient plus élevés qu’aujourd’hui. Ainsi par exemple, les niveaux marins à Haida Gwaii étaient jusqu’à 150 mètres plus bas qu’aujourd’hui, alors qu’au même moment, ils étaient jusqu’à 200 mètres au-dessus du niveau actuel ici, sur la côte intérieure dans le Lower Mainland.

Il y a plusieurs raisons à ce phénomène. Une des raisons est que les niveaux marins globaux étaient très différents à cette époque à cause de l’eau contenue dans les glaciers qui recouvraient tout le Canada et le nord de l’Europe. Les niveaux marins à l’apogée de l’ère glaciaire étaient jusqu’à 130 mètres inférieurs aux niveaux actuels partout sur la planète. Évidemment, quand la glace a commencé à fondre, ces niveaux marins ont lentement recommencé à s'élever.

Une autre chose qui s’est produite lors de l’ère glaciaire est ce que nous appelons la dépression ou le relèvement isostatique. Cela est causé par les masses de glace, qui étaient énormes dans certaines régions (à Vancouver, elles avaient une épaisseur de deux à deux kilomètres et demi). Essentiellement, ces masses de glace compressent la croûte terrestre et le manteau sous la croûte. Le manteau est une sorte de matériau plastique et visqueux qui peut être enfoncé; dans la région autour d’ici, le manteau a probablement été enfoncé de deux à trois cent mètres. Cela signifie que même si les niveaux marins globaux étaient plus bas, les niveaux marins relatifs étaient plus élevés dans la région puisque tout le Lower Mainland, situé juste devant l’énorme champ de glace, s’était enfoncé de deux à trois cent mètres. Ceci explique pourquoi nous avons une telle différence de niveaux marins ici, le long de la côte.

Il y a un troisième facteur qui entre en cause ici, qu’on appelle l’effet du bourrelet périphérique. Encore une fois, parce que le manteau et la croûte sous le glacier sont enfoncés, la matière qui compose le manteau est en quelque sorte poussée vers l’extérieur, aux abords de la marge glaciaire, et cette marge glaciaire était bien sûr juste ici, dans la région du Lower Mainland et de l’île de Vancouver. Cela signifie qu’alors que la croûte et le manteau étaient enfoncés sur la côte intérieure, toute la matière était poussée dans la direction de la côte extérieure, qui était donc rehaussée en même temps que la côte intérieure était abaissée. Cela a même accentué la différence des niveaux marins entre la côte extérieure et la côte intérieure. Bien sûr, après le retrait des glaces, ces forces se sont équilibrées, causant un nouveau relèvement de la croûte, ce qui a produit un relèvement isostatique sur la côte intérieure ou ici dans le Lower Mainland, et un affaissement isostatique, ou un effondrement du bourrelet périphérique, dans la région de la côte extérieure.

100%