Passer au contenu de la page

En Route vers un Nouveau Territoire

Cueillette de baies
Collection Multimédia

Daryl Fedje

Parcs Canada

Retrouver d’anciennes lignes de rivage

Une partie importante du travail que nous avons entrepris à Haida Gwaii, dans la région du détroit d’Hécate, concerne les anciennes lignes de rivage. L’histoire de ces littoraux est assez complexe. Originellement, les travaux effectués par des personnes comme Knut Fladmark, John Clague, et Calvin Heusser dans les années 1960 et 1970 ont jeté le soupçon sur le fait que les niveaux marins étaient très hauts il y a peut-être 8000 à 5000 ans et beaucoup plus bas au fur et à mesure que l’on recule dans le temps, avant 9000 ou 10 000 ans A.A. Évidemment, nous sommes très intéressés par les lignes de rivage. Si vous travaillez sur la Côte nord-ouest, la majeure partie de l’activité et de la nourriture se situe à l’interface entre la terre et la mer, et c’est certainement là où se trouvaient la plupart des principaux établissements. Très souvent, les archéologues essaient donc de chercher des sites sur le rivage. Dans notre cas, nous savons que le littoral était une cible mouvante, et nous devons utiliser des modèles environnementaux et des reconstructions du paysage afin de déterminer où étaient situés les anciens rivages, pour ensuite être en mesure de chercher des sites archéologiques, et les interpréter une fois que nous les avons trouvés.

Dans ce cas-ci, nous avons travaillé pas mal à observer des étangs et différents bassins, que ce soit sur le rivage ou au large de la côte, ainsi qu’à observer des microfossiles, ces minuscules vestiges de plantes et d’animaux présents dans les sédiments de lacs et d’étangs, pour ensuite identifier des changements temporels en ce qui concerne, par exemple, l’altitude à laquelle se produit la transition de l’eau douce à l’eau salée. En utilisant ces points et en les datant, nous avons pu produire une histoire très détaillée des changements subit par le niveau marin dans les derniers 14 000 à 15 000 ans. Une fois que nous avions cela, nous avons sélectionné des régions où nous voulions faire de la télédétection, c’est-à-dire dresser des modèles du fond marin, ou encore des régions sur la terre ferme qui auraient pu être situées sur le rivage à une autre époque. À l’aide de ces modèles, nous étions en mesure d’identifier des cours d’eau, des terrasses, des lacs – toute une variété de structures qui sont aujourd’hui submergées sous, par exemple, 100 à 150 mètres d’eau océanique. Avec tout cela en main, nous avons travaillé en collaboration avec, par exemple, la Commission géologique du Canada et le Service hydrographique du Canada, lequel travaille au large de la côte, pour essayer de trouver des témoignages de ces anciens paysages, et nous avons plutôt bien réussi. D’autres fois, nous avons travaillé sur la terre ferme avec des archéologues et des gens du peuple Haida pour étudier, par exemple, des plages surélevées en pleine forêt humide, où sont maintenant quelques unes de ces anciennes lignes de rivage. Nous avions donc à chercher dans tous les coins du paysage, autant sur la terre que dans la mer, afin de retracer cet insaisissable rivage et ensuite tenter de prouver que des populations ont cheminé le long de celui-ci.

100%