Passer au contenu de la page

En Route vers un Nouveau Territoire

Caribou
Collection Multimédia

Dr. John Clague

Département des Sciences de la Terre, SFU

L’impact du réchauffement global

La tendance que nous avons vue dans le siècle dernier est celle d’un réchauffement. Nous savons que globalement, de même qu’en Amérique du Nord, le climat s’est réchauffé – pas énormément, mais il s’est réchauffé d’environ un degré dans les cent dernières années. Depuis la fin du Petit Âge Glaciaire, le climat a connu un réchauffement de cet ordre. Cela a eu un énorme impact sur les glaciers. Comme je l’ai déjà dit, les glaciers sont très sensibles à des changements même minimes du climat et ce réchauffement a fait régresser les glaciers. Il a fait régresser les glaciers alpins. En certains cas, les glaciers ont perdu 50% ou plus de leur masse, simplement en conséquence de ce faible réchauffement des cent dernières années. Et il y a eu des cas où des glaciers ont complètement disparu. J’ai mentionné le Mont Kilimanjaro – les neiges du Kilimanjaro sont en fait des glaciers au sommet du Kilimanjaro, et à ce rythme-là ces glaciers seront complètement disparus dans vingt ans si le climat continue à se réchauffer comme il le fait maintenant. Le Glacier National Park au Montana s’appelle ainsi parce qu’il comporte des glaciers. Et bien, plusieurs de ces glaciers sont en train de disparaître ou ont déjà disparu, et encore une fois, si cette tendance au réchauffement se maintient, ils seront eux aussi anéantis. Maintenant, ceci ne signifie pas que tous les glaciers sur la Terre vont disparaître – certains sont plus vulnérables. Les plus petits, ceux qui en quelque sorte se cramponnent à leur existence, sont ceux qui sont en train de disparaître maintenant. Mais à travers le monde, des géologues ont documenté cette retraite en réponse à un faible réchauffement. Les prédictions effectuées par les scientifiques atmosphériques sont que ce réchauffement va continuer et peutêtre accélérer, et que nous pourrions connaître des températures moyennes globales de plusieurs degrés supérieures à celles d’aujourd’hui vers le milieu ou la fin de ce siècle. Cela reste à vérifier, mais il semble que cette tendance va se poursuivre, et donc que nous allons continuer à voir les glaciers régresser. Ils vont fondre de plus en plus. Nous avons aussi documenté une diminution de l’inlandsis groenlandais. Cela est encore plus inquiétant parce qu’il s’agit d’une vaste étendue d’eau gelée, et si elle perd de son importance et commence à régresser, nous commencerons à voir un impact sur le niveau marin. Ce qui se passe lorsque les glaciers régressent, c’est que l’eau de fonte retourne dans la mer et cela entraîne une hausse des océans. Nous savons aujourd’hui, grâce à des mesures effectuées à la surface de la mer, que les niveaux marins augmentent – d’une petite, petite quantité de l’ordre de quelques millimètres par année, et vous pourriez dire, où est le problème? Bien, si vous extrapolez cela sur une période de temps considérable, alors cela devient plus qu’une petite quantité, cela devient une quantité importante.

La hausse du niveau marin est une préoccupation dans les régions à faible altitude. Il y a plusieurs pays dans le monde qui sont au même niveau que la mer, comme le Bangladesh. Une partie importante de la masse terrestre du Bangladesh se situe à un à deux mètres au-dessus du niveau de la mer. Alors lorsque vous parlez d’augmenter le niveau marin même d’une petite quantité, vous commencez à déloger des gens, vous commencez à introduire toutes sortes de problèmes. Une conséquence possible du réchauffement que nous allons vivre et de la régression des glaciers est donc un impact sur les humains à cause de la hausse du niveau marin. C’est là une grande préoccupation. C’est même une préoccupation en Amérique du Nord et en Europe, parce que si vous y pensez, tout le développement de nos côtes a été fait en supposant que le niveau marin ne change pas, en dehors du mouvement des marées. Mais tout ce développement serait affecté si la surface de l’océan devait être plus haute qu’elle l’est aujourd’hui. Même un mètre, vous avez des jetées, vous avez des quais et vous avez des gens construisant des maisons sur le bord de la mer. Si vous augmentez le niveau marin d’un mètre, vous commencez à avoir des conséquences sur toute cette infrastructure. Donc, même dans un pays développé où vraisemblablement vous pouvez prendre des mesures pour remédier au problème, il y a d’importantes conséquences économiques. Par conséquent, ce qui en apparence est un problème académique a également de très importantes retombées sociales, politiques et économiques.

100%